Des noms

Je vois des noms. Est-ce que c’est une chose impressionnante ? Tout le monde a un nom et bon, c’est une liste. Je commence à m’imaginer des visages, car ce ne sont pas seulement des noms, ce sont des hommes. Dans ma tête je vois des visages vieux et des visages jeunes, des visages souriants et des visages tristes. Je vois des femmes et des hommes, des enfants. Je vois des expressions sévères et je vois des souris légères. Je vois des cheveux longs, des cheveux courts, des femmes petites et des hommes grands. Je vois des yeux bleus et des yeux bruns, des yeux brillants, des yeux fatigués.

Ce sont seulement des noms. Mais chaque nom a une histoire. Je vois des nouveaux-nés à l’hôpital qui commencent leurs vie. Les parents souriants, la mère fatiguée mais plus contente que jamais. Je vois des histoires d’amour, des jeunes filles regardant par la fenêtre et rêvant pendant toute la nuit. Je vois des enfants jouant dans la rue et les mères qui demandent s’ils ont déjà préparé leurs devoirs pour l’école. J’écoute les disputes entre un couple, la femme criant, l’homme presque hurlant. J’écoute des chansons douces chantées par une femme, une chanson qui parle de la vie et de toutes les beautés que notre monde offre. J’écoute des rires éclatants des amis qui se rencontrent dans un restaurant.

Ce sont seulement des noms. Mais chaque nom a des espoirs et des rêves. Je vois des jeunes qui entrent l’université pensant qu’ils vont changer le monde. Je vois des parents fiers qui écoutent leur enfant qui lit le journal à voix haute pour la première fois. Je vois un couple qui s’est marié juste ce moment-là.

Ce sont des noms. Mais chaque nom signifie une vie, un rêve, une histoire. Je lis les noms des hommes et femmes et enfants qui étaient des victimes de la Shoah.

On me raconte l’histoire horrible. C’est l’histoire de mon pays, de l’Allemagne, ce sont les crimes commis par nos ancêtres.  Ces noms, ces hommes, ces individus étaient détruits par l’inhumanité des hommes qui s’imaginaient qu’ils étaient mieux. Les hommes qui ont oublié que chaque personne a sa dignité, ses droits. Pour eux, ces hommes étaient des numéros. Dans les camps de concentration on n’a plus le droit d’avoir un nom, d’avoir une identité. On leur volait tout ce qu’ils leurs restaient.

C’est horrible, incroyable et j’aimerais bien penser que ce ne pouvaient pas être réalité. Mais rien ne peut changer la liste des noms. La liste des rêves qui ne se réalisaient jamais. Personne ne peut plus donner la vie à ces gens qui méritaient une vie mieux. Le passé reste douloureux.

Ce qui nous reste c’est la mémoire. Et on en a besoin pour une future où tout le monde a la possibilité de vivre son rêve. Je regarde les noms et je veux garder ce souvenir pour toujours dans mon coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>