Archives du mot-clé l`abolition de la peine de mort

Oubliez la peine de mort, gagnez d’abord l’enfance

Dans plusieurs coins du Nigéria, les besoins des enfants sont souvent négligés. En effet, beaucoup de gens les voient comme membres de la société qui occupent le plus bas échelon du plan social du gouvernement. Donc, ils sont exploités et ce qui leur est important n’est pas pris au sérieux. Pourtant ce sont eux qui deviendront les adultes de demain.

Certes, au niveau du gouvernement, la mentalité n’en n’est pas si différente. Mais chez tout le monde, les citoyens et bien sûr, les grands hommes politiques, nous sommes tous coupables, soit dans le passé ou à présent, mais jamais à l’avenir. Le bouleversement longtemps attendu doit commencer en nous, avec nous et autour de nous. Le phénomène d’enfants délaissés est un problème global mais qui bat son plein dans les pays des Tiers monde. Cependant le fardeau de ce défi social n’est pas chose à laisser à une seule personne à porter sur le dos; ni pour la peine ni pour la gloire mais pour la dignité des êtres humains sur notre Planète. Tout le monde, dans notre pays et tous mes amis et les citoyens du monde que j’ai eus l’occasion de rencontrer pendant ce programme ont besoin de votre aide pour changer cette fausse idée.

Je sais aussi que ce n’est pas seulement en Afrique que ce problème existe. Il faut qu’on se donne des coups de main pour pouvoir faire face à la bataille de subsistance partout de par le monde pour plusieurs raisons.

Plus je passe du temps avec les enfants et leur posent des questions, plus j’éprouve un certain bonheur de savoir qu’il y a de l’espoir vu la qualité de vie qui nous attend quelque part dans l’avenir et peut prêter a la diminution de délits.

C’est à nous de nous décider si on veut rester dans le dilemme d’appliquer ou de ne pas appliquer la peine de mort. J’appartiens à l’école de pensée qui préconise la prévention de crimes par la construction d’un monde où la justice et la paix règnent en commençant par les enfants.

Qui est responsable du résultat final du caractère d’un criminel déjà condamné ou mieux encore, à quelle fin le monde attend- il de la mort d’un criminel? Voilà autant de questions qui resteront à jamais posées dans mon esprit. Ce n’est pas vraiment quelque chose de nouveau mais nous savons que la société fait partie intégrale d’attribut de ces citoyens. Donc, si l’affichage du chemin dignifié dans notre monde doit commencer, ça commencera avec les grands politiciens du Nigéria et ultimement notre monde. Il est question d’arrêter l’injustice parce qu’on sait que l’injustice pratiquée n’importe où est l’injustice partout surtout dans notre monde mondialisé puisqu’on récolte ce qu’on sème. La justice dont je parle consiste de la réalisation de droit à la vie énoncé par notre gouvernement pour chaque citoyen dans plusieurs conventions ; par exemple, la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948. Dans ce cas, ça sert surtout des enfants délaissés dans les rues qui se mêleront dans de petits crimes en recherchant les bases de la vie. Ces crimes grandiront comme une avalanche et arriveront avec une haute chance à un crime capitale. Et ultimement la peine capitale ?

Une autre chose qui n’est pas nouvelle est que tout le monde est né avec des droits humains inaliénables y compris le droit à la vie. Ce droit a commencé le jour où les premiers Humains sont tombés sur notre planète. L’abolition de la peine de mort n’est donc pas quelque chose de nouveau. Il n’y aura pas besoin de ça si on travaille fort. En résumé, c’est plus sage de se divertir et de diriger de l’énergie de l’application de la peine capitale vers la prévention de crimes. C’est vraiment moins cher de créer une citoyenneté qui respecte la loi en commençant par l’enfance que d’utiliser ce qu’on pense qu’ils sont de mesures douloureux pour contrôler les crimes. Ça ne sert à rien.

Il n’y a aucune preuve que l’application de la peine de mort régresse les crimes dans le monde. Mais nous savons que l’humanitarisme des parties prenantes dans les affaires humaines augmente les niveaux de vie, installe l’amitié, la fraternité entre les hommes, ça aide aussi à améliorer le trajet de la vie humaine sur la terre vers l’utopie et ultimement pour actualiser un système de la justice presque parfait. Quelques personnes disent qu’un système parfait de justice dans le monde est une illusion et que ça n’arrivera jamais. Peut-être, mais je pense que c’est une illusion qui vaudra la peine. Et ça ne sera de la manne tombée du ciel. Il faut en construire, en commençant par les racines/bases.

Vous pouvez choisir n’importe quel chemin que vous voudriez de cette question mais avant de faire, il faut que vous vous rappeliez qu’on paie les pots cassés toujours dans la vie pour nos actions ou inactions. Choisissez le haut chemin. Mais suis-je simplement un rêveur?

L`abolition de la peine de mort

De plus en plus de pays se décident contre la peine de mort et ces dernières années on a vu un développement très positif concernant ce sujet dans tout le monde. En Europe et en Amérique latine cette forme de punition est déjà totalement inconnue, mais il y en a encore des régions concernées, le monde arabe, la Chine et les États-Unis. Mais comment peut-on arriver à l’abolition universelle dans tous les pays ?

L’abolition de la peine capitale est une des buts principaux des organisations comme Amnesty International qui organise beaucoup de campagnes contre les exécutions et qui veulent convaincre la population de chaque pays. Mais la décision finale est prise par les gouvernements qui ne veulent pas perdre la confiance de leurs électeurs. En effet cela veut dire que les citoyens de chaque pays ont une influence immense dans ce sujet. Mais est-ce que la majorité de la population est vraiment pour l’abolition ? Est-ce que les associations pour les droits de l’homme réussissent ?  Les chiffres du referendum en Californie disent autre chose : Les Californiens eux-mêmes veulent garder la peine capitale. Cette mentalité est surtout soutenue par des aspects culturels et parfois religieux (p.e. les pays arabes). LA seule solution pour faire bouger les sociétés contre la peine capitale est le discours avec les gens qui influences ces deux aspects de la vie quotidienne. Un bon exemple pour le changement de l’opinion religieux est l’église catholique qui a adopté l’idée de l’abolition de la peine de mort dans le catéchisme.

Un premier pas vers l’abolition ce sont les moratoires qui sont utilisés dans pleins de pays mais qui sont aussi dangereux parce qu’on peut toujours retourner vers la peine capitale.

En tout cas, l’abolition de la peine de mort est un pas très importants vers un monde où le principe universel de la dignité et le droit essentiel à la vie sont respectés.

Cette idée est aussi représentée dans beaucoup d’aspects de la société et elle est devenue un point omniprésent est très délicat des audiences publiques. Particulièrement le monde de la littérature s’intéresse beaucoup à ce sujet. Il faudrait mettre en évidence qu’il y a une gamme d’auteurs importants qui ont contribué avec leurs opinions et avec leurs passions à la mise en œuvre de l’abolition de la peine de mort. Victor Hugo comme un des plus ardents représentants a publié en 1829 « Le dernier jour d’un condamné » avec une préface puissante en faveur de l’abolition. Le livre a reçu le soutenir de son compatriote Lamartine qui a publié juste un an après le poème « Contre la peine de mort ». Même dans la littérature moderne les écrivains s`inspirent de l`abolition de la peine de mort. L`exemple intéressant et bizarre est celui de J.K.Rowling. Les personnages des détraqueurs employés dans la prison de l’Azkaban sont le plus connus dans le monde des sorcières comme les extracteurs de l’âme. La solution était enracinée dans le patronus - une magie composée de l’émotion positive qui combat avec succès les forces du mal.

 

« Partout où la peine de mort est prodigué, la barbarie domine,

partout ou la peine de mort est rare, la civilisation règne » (Victor Hugo)